Lauréat de la catégorie "Fabriquons nos idées"


Merci a Didier Briand du lycée Victor Hugo pour sa proposition.

Voici sa présentation :

Mur d'eau numérique

 

[legende-image]1395137811147[/legende-image]

En classe de Terminale Scientifique option Sciences de l'ingénieur, les élèves développent durant 70h un projet interdisciplinaire qui sera évalué au baccalauréat. C'est surtout l'occasion pour eux d'investir différemment leurs compétences et d'en acquérir de nouvelles au travers d'une réalisation collective.

Le lycée Victor Hugo de Château-Gontier (53) est accolé à la Chapelle du Genêteil, centre d'Art Contemporain au sein de la Scène Nationale Le CARRÉ. La présence d’une telle structure, à la fois proche de leur lieu de vie et pourtant si éloignée de leurs préoccupations a amené nos élèves à réfléchir à l’apport des sciences et techniques dans le domaine artistique.

Plusieurs échanges et visites, avec l’implication de leur enseignant de Philosophie, ont été menés autour de travaux d’artistes contemporains, en particulier ceux d’Arnaud FABRE et de Pierre BESSON avec la collaboration d’Antoine AVIGNON, médiateur du centre d’art.

Le choix des élèves s’est alors porté sur la réalisation d’un mur d’eau numérique tel que présent à la gare d’OSAKA ou plus proche de nous, au Futuroscope.

[legende-image]1395137811146[/legende-image]

Les produits actuellement sur le marché sont exclusivement destinés à l’usage des professionnels (salons, centres commerciaux, spectacles, parcs de loisirs, etc.). L’objectif de l’équipe, constituée de 4 élèves, fut alors de développer une solution accessible aux particuliers en terme de coût, de mise en œuvre et de facilité d’utilisation.

Le mur d’eau d’une largeur d’un mètre est constitué d’un ensemble de 20 jets pilotés individuellement, via autant d’électrovannes. Le contrôle de chaque électrovanne est assuré par une série de cartes électroniques couplées via un bus I2C à une Raspberry pi.

[legende-image]1395137811149[/legende-image]Le logiciel de gestion est codé en langage Python, il assure le traitement et l’envoi d’un motif choisi par l’utilisateur. Celui-ci s’affiche alors en « noir et blanc » sur le mur d’eau à la manière d’un écran à défilement vertical.

Dès le début, le projet a été pensé de façon modulaire et la solution retenue est capable de piloter plus d’un millier de jets.

Ce projet interdisciplinaire a permis de riches approfondissements en Sciences Physiques. Il a favorisé les relations avec de nombreux acteurs économiques et culturels. Enfin, de part sa consonance artistique, l’implication et la créativité de l’ensemble du groupe ont été valorisé au delà de la filière Sciences de l’ingénieur.

Digital Water Fall

Making of Water Fall project